vendredi, février 06, 2009

Calendrier Evry la nuit #11 : Lieu de memoire

Dernière photo de la série Février, le jour se lève sur le lieu de mémoire, la lumiere est là. Je rencontre des Joggeurs, aucun n'est surpris de voir des bougies et un photographe à quatre pattes. Mais pour faire le mois de Février du calendrier 2009 Évry, j'ai préféré cette photo.Last photo of the series in February, the day rises on the place of memory, the light is there. I'm having joggers, none is surprised to see candles and a photographer. But for the month of February 2009 calendar Evry, I preferred this photo.

Poeme d'Aragon sur l'Affiche Rouge :

Vous n'avez réclamé ni gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servis simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L'affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir Français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE

Et les mornes matins en étaient différents
Tout avait la couleur uniforme du givre
A la fin février pour vos derniers moments
Et c'est alors que l'un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le coeur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient le coeur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant


Poème de Louis Aragon, chanté par Léo Ferré

28 commentaires:

Cergie a dit…

Onze ans... Et maintenant combien ?
L'Histoire passe, et comme disait Jarry : "L'oubli est la condition indispensable de la mémoire". On a inventé la prescription pour pouvoir avancer et ce serait bien que le peuple allemand qui a souffert énormément puisse relever la tête....

Olivier, je t'ai taggué....

Marie-Noyale a dit…

Tu as fait le bon choix pour la photo du calendrier.
J'ai cru apercevoir une petite Suisse derriere les arbres qui soufflait sur tes bougies..

Babzy a dit…

merci pour Léo et Aragon ,ça me donne toujours le frisson ! Bonne illustration de ta photo .

claude a dit…

Quelle niche que je suis, j'ai été mettre on com sur le post précédent :
claude a dit...
J'aime assez la première photo et le poème d'Aragon est sublime.
Je te vois bien à 4 pattes en train de poser tes bougies, faire une photo, les changer de place et recommencer. Maos, ce n'est pas grave, tous les fous sont dans la nature !

Peter a dit…

La première ou la deuxième… Ce lieu de mémoire est très digne, simple et beau … et bien illustré ! Bon week-end bien mérité, Olivier !

Marguerite-Marie a dit…

j'aime tout sans aucune distinction tu as fait un hommage magnifique tu es un reporter qui as du coeur.

delphinium a dit…

poignant... promis je n'éteins pas les bougies, je n'appelle pas les pompiers, j'écoute Léo chantant Aragon et je me tais. (pour une fois, il faut profiter...)

evlahos a dit…

THANK YOU MY FRIEND FOR YOUR WISHES. AND THANK YOU FOR THOSE WONDERFUL SCENES

alice a dit…

Un lieu sobre et beau.

Cergie a dit…

Dacodac pour le 15 février Olivier, mais la picture tu l'as choisi today sinon c'est pas de jeu.
O-kay ?

Lori a dit…

Very touching Olivier. I wish I could read French well enough to read the poem. I have to work on it.

Babooshka a dit…

I am slowly learning French. This is very poignant and the image is so wonderful in light.

Ruby a dit…

Les photos sont superbes toutes les deux, mais je prefere peut-etre la premiere qui donne l'impression de calme et de paix.

Hilda a dit…

I like your choice the best too. All three are beautiful, but the colors here are so much warmer.

Your joggers are not very curious, are they? :)

J'aime votre choix le mieux aussi. Tous les trois sont superbes, mais les couleurs ici sont beaucoup plus chaudes.

Votre coureurs ne sont pas très curieux, sont-ils? :)

JM a dit…

Both photos are fantastic!

Arnaud a dit…

Les deux son très belles mais la deuxieme à quelque chose de plus avec cette lumiere au fond qui nous invite à aller de l'avant sans oublier ...

Julie ScottsdaleDailyPhoto.com a dit…

very nice memorial photo. Thanks for stopping by my website.

Julie ScottsdaleDailyPhoto.com a dit…

BTW, I am glad you liked the cross and candle. Very poetic response you had.

uncertainhorizon a dit…

I wish i spoke French... Your photos are beautiful!

Virginia a dit…

Very beautifully photographed Olivier , as always.
V
Bon weekend

Marie a dit…

J'aime beaucoup les photos de ce lieu, et l'idée même de ce lieu. Il faut préserver "cette mémoire" et la mémoire de tout ce qui s'est passé à l'époque en France et ailleurs (surtout au moment où même des monseigneurs ont tendance à tout nier). Mais ceci dit, les Allemands d'aujourd'hui n'ont rien à voir avec cette époque....

angela a dit…

This is an excellent choice for February...this is one of the most beautiful memorials I think I've seen.

Abraham Lincoln a dit…

The choice you have is best as far as I am concerned. Nice photos too.

annulla a dit…

A beautiful image of the candle light. I hope the loveliness of your photo doesn't distract viewers from the horror of what the Gestapo did to Missak Manouchian and other members of the French Resistance.

An English translation of L'Affiche rouge from Wikipedia:

The Red Poster

You demanded neither glory nor tears
Nor organ music, nor last rites
Eleven years already, how quickly eleven years go by
You made use simply of your weapons
Death does not dazzle the eyes of partisans.

You had your pictures on the walls of our cities
Black with beard and night, hirsute, threatening
The poster, that seemed like a bloodstain,
Using your names that are hard to pronounce,
Sought to sow fear in the passers-by.


No one seemed to see you French by choice
People went by all day without seeing you,
But at curfew wandering fingers
Wrote under your photos "Fallen for France"
And it made the dismal mornings different.



Everything had the unvarying colour of frost
In late February for your last moments
And that's when one of you said calmly:
"Happiness to all, happiness to those who survive,
I die with no hate in me for the German people.



"Goodbye to pain, goodbye to pleasure. Farewell the roses,
Farewell life, the light and the wind.
Marry, be happy and think of me often
You who will remain in the beauty of things
When it's all over one day in Erevan.

"A broad winter sun lights up the hill
How nature is beautiful and how my heart breaks
Justice will come on our triumphant footsteps,
My Mélinée, o my love, my orphan girl,
And I tell you to live and to have a child."

There were twenty-three of them when the guns flowered
Twenty-three who gave their hearts before it was time,
Twenty-three foreigners and yet our brothers
Twenty-three in love with life to the point of losing it
Twenty-three who cried "France!" as they fell.

Blather From Brooklyn

Neva a dit…

I am waiting to Evry in snow...or maybe you didn't get any? love your photo....

Halcyon a dit…

Thanks for the daylight view... although I'm with you. It has more atmosphere at night!

cieldequimper a dit…

Très jolie photo. Ca valait la peine de se mettre à quatre pattes !

Jack NYC a dit…

Très beau lieu du Souvenir